SYNODALITÉ, chemin de conversion


Au cours des dernières décennies, nous avons pu voir comment le Seigneur a conduit l’Église latino-américaine, en passant par plusieurs moments, ainsi d’une option préférentielle pour les pauvres, cherchant à être la voix de ceux qui n’ont pas de voix, à proposer aujourd’hui à toute l’Église et en particulier a ceux d’entre nous sur ce continent, de chercher à être une Église SYNODALE, montre que l’Esprit Saint marche depuis longtemps dans nos communautés, donnant une vitalité et un dynamisme qui ne découlent que d’une Église qui cherche à être fidèle à son identité et à sa mission.

Dans l’aujourd’hui que nous vivons, il convient de noter que nous sommes actuellement dans un processus absolument nouveau et significatif, comme le fait que l’Église latino-américaine et caribéenne vit quelque chose que le Pape François a commencé à vivre dès 

le premier moment de son pontificat, comme chercher à être proche des autres, marcher ensemble, partager la vie quotidienne avec les autres, –parmi tant de détails comme le montre un bouton– avoir renoncé à vivre dans les appartements de Souverain Pontife, pour partager une place à la Casa Santa Marta.

Mais ce temps nouveau et différent de communion dans la participation, exprimé dans l’attitude synodale, c’est ainsi qu’il a dit : « … ce que le Seigneur nous demande, en un certain sens, est déjà contenu dans le mot « Synode ». Marcher ensemble – laïcs, pasteurs, évêque de Rome – est un concept facile à exprimer avec des mots, mais il n’est pas si facile de le mettre en pratique … »(François, 17 oct. 2015) Il a déjà fait ce nouveau chemin, a commencé à impliquer tous les fidèles, comme il l’a fait à l’occasion des Synodes sur l’amour dans la famille (2014/15), dans la foi des jeunes (2018) et dernièrement dans l’Église amazonienne ( 2019).  A ces occasions, il y a eu des moments d’écoute et de participation, à travers des consultations avec les acteurs, comme un temps fort d’écoute et de dialogue, en vue du discernement. En effet, à la suite de ladite écoute, nous avons comme résultat de cette pratique synodale et collégiale, les documents : Amoris laetitia, Christus vivit et Querida Amazonía. C’est un style et une manière d’impliquer que le Pape François propose et met déjà en œuvre, étant le premier à assumer et à mettre en œuvre ce nouveau modus operandi.

Cette nouvelle attitude a deux axes, que le Pape propose et met apparemment en pratique : Ainsi, dans le discours susmentionné, il dit : « … je réitère la nécessité et l’urgence de penser « à une conversion de la papauté »… » (ibid) . A cela, qui est choquant, le Pape lui donne encore plus d’importance, avec les attitudes qu’il donne à sa manière de se rapporter aux fidèles, puisqu’il ne la formule pas seulement, mais l’applique. Et ainsi cela devient un critère d’action, de telle sorte que : « … Une Église synodale est une Église d’écoute, avec la conscience qu’écouter » est plus qu’entendre. C’est une écoute réciproque dans laquelle chacun a quelque chose à apprendre–fidèles, collège épiscopal, évêque de Rome : les uns à l’écoute des autres ; et tous écoutant l’Esprit Saint, « l’Esprit de vérité » (Jn 14,17), pour savoir ce qu’il « dit aux Églises (Ap 2,7) » (ibid). Cette affirmation est pertinente, car la synodalité n’est pas seulement une dynamique de groupe, mais une recherche consciente afin de savoir ce que veut l’Esprit pour l’aujourd’hui que nous vivons. D’où vient la nécessité de prendre conscience de ce que le Seigneur propose à toute l’Église, car c’est une nouvelle manière de vivre notre appartenance à l’Église, en réalisant qu’aujourd’hui, nous sommes invités à nous engager et à nous impliquer en participant au processus de discernement, cherchant à répondre à un aujourd’hui qui demande à chacun de participer à l’écoute et à la communion dans le discernement.

Dans tous ces aspects de la nouveauté que nous vivons en tant qu’Église latino-américaine et caribéenne, il y a la FEBIC LAC, qui doit aussi assumer et s’immerger dans ces temps nouveaux que l’Esprit donne à son Église. Si le Pape François voit comme une urgence de réfléchir à LA CONVERSION DE LA PAPACIE, ladite conversion devrait nécessairement atteindre aussi la FEBIC LAC et peut-être l’ensemble de la CBF, puisque cette nouvelle manière d’être Église, il serait de la plus haute importance qu’il y ait un nouveau mode de relation et de participation à la FEBIC LAC, où ensemble, nous cherchons de nouveaux espaces pour nous engager et nous impliquer.  En cette nouvelle époque que vit l’Église, nous ne pouvons pas rester en marge de la nouveauté de la participation, dans la recherche pour les manifestations de l’Esprit, dans les différents domaines où la FEBIC LAC est présente à travers ses membres. Le besoin d’écouter, d’ouvrir des perspectives, de se sensibiliser au cri de Dieu dans son peuple, exigerait de chacun une plus grande ouverture et proximité, dans une disposition de rencontre, de partage de ce que nous faisons, ainsi que de rêver de nouvelles voies pour renforcer des liens.

De cette façon, élargir nos horizons, en vue de trouver de nouvelles directions et défis que nous avons en vivant notre relation et notre implication dans la volonté de Dieu, en tant que FÉDÉRATION.

Face à cette nouveauté que connaît l’Église latino-américaine, elle exige de toute LA FEBIC LAC , d’une part, la conscience que nous sommes dans une époque nouvelle, où elle exige de nous une nouvelle attitude, avec plus d’engagement et de participation, où nous avons besoin de l’autre, et donc nous devons chercher des instances de rencontre pour nous écouter et écouter ensemble l’Esprit qui nous parle pour le peuple de l’Église. Cette nouvelle attitude exige de valoriser et de se rapprocher, de vouloir découvrir ensemble, la voix de cet Esprit qui souffle et souffle fort en chacun et dans toute l’Église. Ainsi, si le Pape propose une conversion de la papauté, il faut bien plus penser à une CONVERSION DE LA FEBIC LAC, (et peut-être de toute la CBF), en cherchant de nouvelles stratégies de rencontre et de participation, dans l’écoute mutuelle, dépassant les protagonismes individualistes, castratrice et autoréférentielle, ce qui en soi exclut et marginalise, ce qui ne nous aide pas à nous sentir partie prenante, à s’impliquer dans ce qu’est une FÉDÉRATION.

Ce sont des temps nouveaux que, selon l’Évangile, nous ne pouvons pas vivre, en réparant le nouveau avec des attitudes et des gestes anciens, mais plutôt en mettant du vin nouveau dans des outres neuves. Ainsi, les temps nouveaux dans l’Église exigent de nous tous qui faisons partie de FEBIC LAC, un nouveau FEBIC LAC (meme toute la CBF), plus participatif, inclusif et proactif, où nous nous sentons tous impliqués et participons, étant gestionnaires de la nouveauté que l’Esprit éveille en nous aujourd’hui.

Nous sommes sur le point de participer à une Assemblée plénière. Combien il est important que chacun de nous participe à ce grand événement, avec une attitude et une disposition SINODAL, donnant son avis, enrichissant les autres, cherchant ensemble, qu’après cet événement, nous commencions à vivre un temps de PLUS GRANDE PARTICIPATION (parler- donner avis) ET D’ECOUTE, de PLUS GRANDE PROXIMITE et d’engagement, de plus grande CONSCIENCE D’APPARTENANCE, en s’impliquant dans ce LAC FEBIC, que nous faisons ensemble.

Père Licencié Jesús Antonio Weisensee H.

Coordinateur FEBIC LAC

Septembre. Mois de la Bible 2021


INSCRIVEZ-VOUS AU ZOOM 30 septembre

https://forms.gle/dNUS6tSmPzTEU3eW8


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios .